Justice et art noir : King à la barre
Partagez cette interview sur Facebook Téléchargez une version PDF de cette interview !
Read the English version

"Justice et art noir : King à la barre"

Entretien avec King ov Hell (basse, composition)
Interview, traduction et édition par Mastema

 
Du rififi chez les adorateurs du Grand Cornu ! Depuis environ deux ans et le licenciement du guitariste Infernus, membre fondateur, Gorgoroth vit une situation surréaliste : les deux camps prétendent en effet continuer sous le même nom de groupe, et ont aujourd’hui tous deux un album prêt à sortir ! Sans surprise, c’est finalement la justice norvégienne qui tranchera la question. De formation « intouchable » et underground, de ferme bastion de l’art extrême, Gorgoroth expose aujourd’hui au monde sa face finalement plus « commune », vulgaire, que les fans ne souhaitaient pas voir. Le groupe sataniste aurait-il perdu de son éclat ? En jetant toute la lumière sur l’affaire, King (basse), l’unique compositeur du groupe, remet les pendules à l’heure et prouve que l’intransigeance qui a fait de Gorgoroth un groupe légendaire, est plus que jamais d’actualité ! Interview-fleuve avec un sataniste qui n’en fait qu’à sa tête…et c’est comme ça qu’on les aime !

Mastema : Bonjour King comment vas-tu? Merci de consacrer un peu de ton temps à ces questions. Vous avez tourné en décembre passé avec Cradle of Filth et Moonspell, comment cela s’est-il passé ?

King ov Hell : Nous étions satisfaits du résultat de cette tournée. C’était la plus grosse tournée et la plus grosse production de notre carrière jusqu’à présent. Cela a généré un peu de chaos lors des premiers shows, mais après Paris et Londres, les choses ont été plus fluides. Nous avions initialement prévu d’ajouter une deuxième partie à la tournée en avril/mai, mais on a préféré utiliser toute notre énergie pour le nouvel album, ensuite nous comptons faire d’autres shows en Europe après sa sortie.

M : Je vous ai vu en Belgique, à Anvers (Hof Ter Lo) et c’était une performance dantesque. Vous avez clairement volé la vedette, ce soir-là… Tu gardes des souvenirs de ce concert ?

King : Je ne me souviens plus de ce show. J’en ai fait tellement pendant des années, donc si rien de réellement marquant ne se produit, j’oublie les concerts. En gros, il se passe toujours la même chose chaque soir.

M : Gorgoroth est traditionnellement considéré comme le porte-étendard du « true » black metal. J’étais donc assez surpris de vous voir tourner avec Cradle of Filth, un groupe souvent décrié pour faire du BM « commercial »…

King : Nous ne jouerions jamais aucun show avec aucun groupe si nous étions vu à travers sa musique ou sa philosophie. Nous représentons Gorgoroth et personne d’autre, nous avons nos propres projets. Cradle of Filth ne reflète en rien ce que nous représentons. En réalité, nous n’avons pas plus de choses en commun avec COF qu’avec Darkthrone. Ceci étant dit, je m’entends personnellement bien avec Dani Filth et les autres membres de COF. J’ai appris à mieux connaître leur musique, dont je ne savais pas grand-chose avant cette tournée. Ils sont plus professionnels que la plupart des groupes avec lesquels nous avons tourné par le passé.

Gorgoroth

M : Où cela en est-il avec le procès qui oppose Infernus à toi et Gaahls, concernant l’utilisation du nom du groupe ? J’ai vu que l’audience s’est déroulée récemment : la décision de la justice a-t-elle déjà été rendue ?

King : Le verdict n’a pas encore été rendu, je pense qu’il le sera plus ou moins quand tu publieras cette interview [note : à ce jour, aucune décision n’a encore été rendue publique]. Je pense que les arguments de chaque partie ont bien été entendus, sans aucun drame. Le juge me semble être une personne intelligente et je suis confiant que sa décision sera fondée sur la raison. Je comprends les raisons qui poussent Infernus à défendre ses droits sur l’utilisation du nom de groupe, mais il s’agit aussi d’un groupe pour lequel j’ai travaillé 8 heures par jour, m’occupant de tous les aspects depuis 1999. En gros, j’ai fait cela entièrement seul. Gaahl, lui, est dans Gorgoroth depuis qu’il a 22 ans, et il en a bientôt 34 maintenant. C’est un simple conflit d’intérêts. Ce groupe était constitué de trois personnes égocentriques, dominantes et qui refusent tout compromis. Quoi qu’il advienne avec le nom du groupe, je suis sûr que ni Infernus ni nous n’aurons de mal à créer de l’art du même niveau qu’aujourd’hui.

M : Quel que soit la décision du tribunal, est-ce que ce sera la fin pour autant ? Ou la partie perdante a-t-elle encore la possibilité d’aller en appel ?

King : Je ne sais pas ce qui se passera si nous perdons. Oui, nous pouvons encore aller en appel, mais il faudra voir combien d’énergie je suis prêt à mettre dans cette affaire. Ce n’est pas si important que cela pour moi. Par contre, je présume qu’Infernus ira en appel.

M : Je suppose que Gaahl et toi-même avez dû entrevoir la possibilité de perdre ce procès. Si cela devait arriver, avez-vous une idée de comment vous baptiserez votre groupe ? A un certain moment, vous avez utilisé le nom « The Force Gorgoroth » : refera-t-il surface ?

King : Nous avons effectivement pensé utiliser ce nom jusqu’à ce que le verdict soit tombé. C’était afin d’honorer un vœu d’Infernus. Je ne sais pas quel nom nous utiliserions pour transmettre notre art si nous perdons. Je pense que tout le monde sait parfaitement que Gaahl et moi-même allons continuer et amènerons avec nous ce que nous avons accompli au sein de Gorgoroth, quel que soit le nom que nous utiliserons. Nous jouerons les morceaux que nous avons composés avec Gorgoroth, et nous utiliserons une production et une imagerie également créées au sein de ce groupe, sur album ainsi qu’en live à l’avenir. [note : Mais King et Gaahl pourront-ils jouer des morceaux tirés d’albums datant d’avant leur intégration, comme Pentagram et Antichrist ? Rien n’est moins sûr…]

M : Toute cette affaire étant assez unique dans le monde du metal extrême, permets-moi de creuser davantage… Pourrais-tu revenir sur les raisons précises de l’éviction d’Infernus ? Apparemment, sa contribution artistique étant devenue quasi nulle, mais y a-t-il également d’autres motifs ?

King : Bien des raisons nous ont poussés à faire ce que nous avons fait. Je n’ai aucune intention de dire du mal sur Infernus en public. Il possède de très bons côtés, mais au final il s’est avéré impossible de continuer à travailler en trio. Les deux parties souhaitaient utiliser le nom « Gorgoroth » à l’avenir, les deux parties avaient des arguments valides, et c’est un juge qui prendra la décision finale selon la loi. Pour moi, le manqué de contribution musicale d’Infernus n’a pas joué un rôle majeur dans ma décision de le virer. C’était davantage la sensation qu’il était un frein à tout ce que tu essayais de créer, à tous les niveaux, à tel point que c’en devint impossible de travailler avec lui. Il est toujours une des personnes dans cette scène que je respecte le plus pour ce qu’il a fait musicalement par le passé et pour sa personne. Il semble que ce combat juridique ait à nouveau éveillé le loup sommeillant en lui, et je suis certain qu’il créera un album fantastique avec son nouveau line-up.

M : Je sais parfaitement que tu es le compositeur principal (si pas unique) du groupe depuis plusieurs années, mais il y a quelque chose qui m’échappe. Comment cela se fait-il qu’Infernus n’écrive plus de musique pendant toutes ces années et puis soudain, après avoir été évincé du groupe, il a un album entier sous le bras en très peu de temps ? As-tu une quelconque idée ? Pour un observateur neutre, je dois dire que tout cela n’a pas beaucoup de sens…

King : Je suppose qu’il avait quelques riffs en stock lorsque nous l’avons viré du groupe en 2007. Si je me souviens bien, il m’a joué 2-3 riffs lors d’une répète, qui sonnaient d’enfer d’ailleurs. Lorsqu’on l’a viré, il n’avait pas d’album prêt, pas même une seule chanson. Son album a été écrit après son éviction. Je suppose que ce genre d’événements dont il avait besoin pour se remettre dans la musique. En fait, j’y pensais il y a à peine quelques jours et je me suis dit que je n’avais en réalité absolument rien composé en sa compagnie depuis que je suis dans Gorgoroth. J’ai un peu bossé avec Kvitrafn [note : Einar Selvik, batterie, 2000 à 2004] lorsqu’il faisait partie du groupe, mais hormis cela j’ai tout composé tout seul dans ce groupe.

Gorgoroth

M : Apparemment, tu aurais fait la demande juridique portant sur les droits d’utilisation du nom du groupe derrière le dos d’Infernus : est-ce vrai ? Si oui, était-ce parce que vous aviez depuis longtemps en tête de vous séparer de lui ?

King : Dès 2006, lorsque nous avons sorti Ad Majorem Sathanas Gloriam, nous savions qu’il n’y avait que peu de chance que nous continuerions à travailler avec Infernus. Je pense que la décision finale a été prise durant l’été 2007. Nous avons évoqué plusieurs façons de gérer ce problème, à l’époque nous avons même pensé sortir AMST sous un autre nom de groupe. Au final nous avons décidé de garder le nom mais sans Infernus. Lui laisser le groupe à ce stade-là équivalait pour moi à la fin du groupe, ce n’était donc pas une décision difficile à prendre. Opérer un tel changement dans le line-up implique plus de personnes que les membres du groupe. Cela implique le management, les labels, les agences de booking, les sociétés d’endorsement, etc. Afin de bien protéger nos intérêts, nous avons reçu de l’aide de la part de personnes dans le business qui ont l’expérience de ce genre de situations. Ce sont eux qui ont protégé le nom du groupe en mon nom, ce n’est vraiment qu’une question de hasard que ce ne soit pas le nom de Gaahl qui soit marqué sur le papier. Nos deux noms sont sur le papier, à présent. Bref… tout ceci est ennuyeux et pas important. Avoir protégé le nom n’a plus aucune valeur maintenant, c’est au juge de rendre une décision, et elle ne sera pas basée sur qui a enregistré le nom du groupe en premier. Sincèrement, je ne comprends pas qui quiconque puisse s’intéresser à tout cela. Moi-même ça me prend la tête et m’empoisonne la vie. Je trouve cela totalement absurde que quelqu’un d’extérieur puisse trouver cela intéressant.

M : Au départ, Infernus a déclaré que le groupe s’était séparé : était-ce le cas à un moment donné ? Ou était-ce simplement parce qu’Infernus n’était pas encore au courant de votre décision ?

King : Je ne sais pas ce qu’il avait en tête. Nous l’avons informé de son éviction, nous n’avons jamais considéré l’option de la séparation. Cela fait 18 mois que nous continuons sans lui, et nous sentons que nous sommes à présent sur la bonne voie pour présenter notre art de la meilleure manière possible. Nous bossons avec les bonnes personnes et sommes désormais en mesure de répandre notre message bien plus massivement qu’auparavant. Tous les dieux fallacieux seront mis à mort.

M : Toujours au rayon des rumeurs (il y en a beaucoup !), Infernus a déclaré que Gaahl aurait failli quitter le groupe plusieurs fois, et que tu l’aurais quitté réellement au moins une fois, car tu aurais du mal à combiner ton activité professionnelle d’enseignant dans une école primaire et ton rôle au sein d’une formation sataniste. Qu’as-tu à dire par rapport à cela ?

King : Ca ne fait que prouver que nous pensions poursuivre notre art sans Infernus depuis un bon bout de temps. En réalité, je n’ai jamais quitté Gorgoroth. J’ai dû m’éclipser du groupe durant quelques semaines pour régler des problèmes personnels. Lorsque tout fut remis en ordre, les choses ont repris tout à fait normalement. Infernus le sait parfaitement, et cela n’avait rien à voir avec Gorgoroth ou avec mes croyances satanistes. Parfois il faut pouvoir s’occuper des choses qui nous entourent afin de mieux imposer sa volonté, et c’est ce que j’ai fait.

M : As-tu été surpris en apprenant que Regain Records avait décidé de soutenir le camp Infernus dans cette affaire ? Quant à vous, êtes-vous actuellement signé sur un label ?

King : Nous sommes effectivement signés sur un label actuellement. Nous avons reçu beaucoup d’intérêt de majors partout dans le monde, afin de répandre notre art. Regain est un label non-professionnel qui doit de l’argent à plein de gens. Il n’est pas capable de soutenir ses groupes d’une bonne manière du tout. Je suis content d’être sorti de ce contrat. A mon avis, d’ici 2 ans Regain n’existera tout simplement plus.

M : Encore autre chose : Regain a récemment sorti l’album True Norwegian Black Metal – Live in Griegenhallen sans vous consulter. Ca ressemble à une tentative de bas étage pour se faire du pognon facile, non ?

King : Toute cette histoire est ridicule. Regain a perdu dans deux affaires différentes à présent. Je pense qu’ils sont tellement bêtes qu’ils vont tenter leur chance une troisième fois. Evidemment, ça va encore leur coûter plus d’argent encore, de l’argent qu’ils n’ont pas. Je pense qu’ils sont tout à fait conscients qu’ils seront en faillite très prochainement. Je serai plus qu’heureux de planter un clou dans ce cercueil-là.

M : Pour son groupe, Infernus a engagé notamment Pest et Tormentor, d’ex-membres de Gorgoroth : un commentaire ?

King : Ce sont deux excellents musiciens, qui contribueront positivement au nouvel album d’Infernus.

M : Vu tout ce qui s’est passé, Gaahl et toi avez-vous regretté votre décision ? Y aurait-il eu une autre manière de régler ce différend ?

King : Je ne regrette rien, mais je n’avais pas imaginé que cela puisse prendre de telles proportions. Je pensais que ça allait être explosif pendant quelques mois, voilà tout, mais je me suis complètement trompé sur ce point. Cela fait 18 mois que ça dure, et je suis content que cela prenne fin bientôt. Je suis fatigué de toutes ces discussions et des gens qui ont un avis sur des questions qu’ils ne maîtrisent absolument pas. Infernus, Gaahl et moi-même sommes tous d’accord qu’il s’agit ici d’une divergence d’opinions et d’intérêts, la situation n’est pas aussi dramatique qu’on le dit dans les magazines. C’est déjà du passé, on recycle toujours les mêmes choses. Je pense que cela ennuie profondément la plupart des gens, et moi en premier.

Gorgoroth

M : Quel que soit le résultat, ne crains-tu pas que la fan-base de Gorgoroth sera divisée en deux camps, et que chaque partie perdra donc pas mal de fans ? Le groupe n’en sera-t-il pas endommagé ?

King : Je n’en ai aucune idée et je m’en fiche. Je ne contrôle pas les pensées des masses concernant mon art ou la manière dont on apparaît à leurs yeux. La seule chose qui m’intéresse, c’est créer mon art au plus haut niveau possible, et présenter mes idées d’une telle manière qu’elles conduiront à un changement. Cette bataille juridique n’a en réalité absolument rien à voir avec Gorgoroth. Nous sommes un groupe créant une musique à message sataniste : ça c’est ce que nous sommes. Les affaires internes n’étaient jamais supposées devenir publiques. Malheureusement, dans ce cas-ci, il est devenu impossible de ne pas en discuter.

M : Gorgoroth étant considéré comme un groupe de « true » black metal, je pense que ses fans ne veulent pas voir ce côté « business » associé à une formation underground, qu’en penses-tu ?

King : Je suis d’accord avec toi. Dès l’instant où tu publies un album ou que tu joues un concert, un côté business apparaît immanquablement, mais il n’est pas supposé être public, car ça ne fait pas partie de ce que Gorgoroth doit être. Tu sais, j’ai aussi un certain sens de l’humour, mais dans Gorgoroth il n’y a pas de place pour l’humour : c’est la même chose.

M : Assez de tout cela…parlons enfin de musique ! Hellhammer de Mayhem a d’abord été annoncé comme batteur de session sur le prochain album. Pourquoi ne participe-t-il finalement pas à l’aventure ? Et pourquoi avoir à nouveau choisi Frost, qui a fait un boulot fantastique sur Ad Majorem… ? Et qu’en est-il également de Nicholas Barker au poste de batteur live ?

King : Nous avions effectivement recruté Hellhammer, mais il ne nous a pas fallu pas beaucoup de temps pour réaliser qu’il serait impossible pour lui de jouer dans Mayhem et Gorgoroth en même temps. Choisir Frost était l’évidence même pour cet album : nous avons bossé avec lui tant de fois par le passé, et une fois encore il a délivré une performance mémorable sur le nouvel album. Nick est un batteur remarquable, au tempérament bien trempé. Je pense que nos deux caractères se ressemblent trop pour que nous puissions collaborer longtemps. Je ne suis pas une personne facile à côtoyer et j’aime généralement que les choses se fassent comme je le veux. Nous avons mis fin à notre collaboration de façon amicale. Mais on ne peut jamais dire, qui sait s’il ne nous filera pas à nouveau un coup de main un jour ?

M : Que peux-tu nous dire du successeur de l’énorme Ad Majorem… ? Vous avez déjà un titre, une date de sortie ?

King : Il sera différent d’AMSG, car je n’aime pas sortir deux fois le même album. Gaahl écrit ses paroles et enregistre le chant en ce moment-même. Nous trouverons un titre lorsque toutes les paroles seront écrites. J’espère qu’il sera dans les bacs d’ici septembre 2009. Jusqu’à maintenant, je suis davantage satisfait de ce nouvel album que de mon travail passé, mais ça c’est normal : on est toujours plus satisfaits de son dernier effort. Une des choses que j’ai décidées très tôt fut de ne pas créer un album de black metal old-school qui prouverait au public metal qu’on est « true ». Les troupeaux ne m’ont jamais intéressé de toute façon. Je suppose que cet album nous fera perdre quelques fans, mais quelle importance ? Je n’ai jamais fait de musique pour qui que ce soit sinon moi-même et mes propres goûts.

M : Vous avez recruté Teloch (ex-1349) et Ice Dale (Enslaved, Audrey Horne, I), qui seront apparemment crédités en tant que musiciens de studio également, c’est bien cela ? Pourtant, comme tu as composé toute la musique, pourquoi ne pas avoir enregistré les guitares toi-même ?

King : J’ai enregistré toute la musique, guitares comprises, dans mon studio personnel et j’ai fait une pré-production. Nous avons ensuite réenregistré les guitares dans le studio d’Ice Dale. J’ai alors envoyé le tout à Teloch et à Frost. J’avais déjà écrit la plupart des morceaux lorsque nous avons viré Infernus en 2007. En fait, j’ai déjà 5 chansons de prêtes pour un album qui pourrait sortir en 2011 ou quelque chose comme ça. J’écris de la musique constamment.

Gorgoroth

M: Peux-tu nous rappeler dans quelles circonstances tu as rejoint, il y a une dizaine d’années ? C’est assez rare de voir un « nouveau » membre devenir le compositeur principal d’un groupe : comment cela s’est-il produit ?

King : J’ai rejoint le groupe en 1999, je pense. Je connaissais Tormentor et Infernus. Nous avons répété pendant quelques mois, puis nous avons enregistré Incipit Satan à Stockholm durant l’été ’99. Et après cela, je suis devenu pour ainsi dire l’unique compositeur du groupe. Nous n’en avons jamais parlé, Infernus a simplement arrêté de faire de la musique et il ne répétait plus beaucoup non plus. Tormentor quitta le groupe peu après Incipit Satan. Tout s’est déroulé de façon naturelle. Ces dernières années, je m’occupe même de tout ce qui touché à Gorgoroth, au-delà de la musique.

M : Comment comparerais-tu ton style d’écriture à celui d’Infernus ? Que penses-tu des albums de Gorgoroth sortis avant ton arrivée ?

King : Je pense que les albums jusqu’à Under the Sign of Hell (sorti en 1996) compris sont fantastiques. Entre 1992 et 1996, Infernus a créé de la musique unique, j’ai beaucoup de respect pour ce qu’il a fait musicalement à cette époque. Personnellement, je ne suis pas fan des albums Destroyer [note : …or About How to Philosophize With the Hammer, 1998) et Incipit Satan (2000), même s’ils contiennent quelques excellents morceaux. J’écris de la musique différemment d’Infernus. Je ne suis pas à même de juger si c’est meilleur ou pire, c’est simplement différent.

M : De quoi ton passé musical est-il composé ? Comment as-tu découvert le black metal ?

King : La Norvège est un petit pays, je connais donc les musiciens de cette scène depuis le début des années ’90. Mais je n’évoluais pas dans le black metal avant d’intégrer Gorgoroth. J’ai étudié la musique à l’université, le jazz et la musique classique, et j’ai joué beaucoup de styles différents. Mais comment tous les gosses dans ma rue, j’aimais le heavy metal. Le black metal n’était pas loin de ce que j’écoutais en étant gamin. Gorgoroth est et était déjà à cette époque-là une formation unique par le sérieux de leur message. C’est assez ironique, mais en fait Infernus et moi nous ressemblons plus que Gaahl et moi en ce qui concerne nos intérêts et notre vision de la vie. Mais durant tout le temps passé dans ce groupe, je n’ai travaillé musicalement qu’avec Gaahl.

M : En parlant de lui : ces dernières années, Gaahl est devenu une figure très importante de la scène black metal norvégienne. A quel point êtes-vous proches ?

King : Auparavant, nous étions plus proches. Mais nous n’avons pas grand-chose en commun. Ceci dit, j’ai passé plus de temps avec lui que la plupart des gens, donc je suppose qu’on se connaît plutôt bien. Je vis seul et il a une chambre ici qu’il peut occuper lorsqu’il est à Bergen, mais nous nous retrouvons plus que rarement dans les mêmes bars. Nous avons une compréhension mutuelle pour l’art que nous créons ensemble. Nous sommes deux personnes très différentes, mais je pense que lorsque nous rassemblons nos qualités respectives, quelques chose d’unique se produit. J’ai un caractère plus difficile que lui, en fait, je m’énerve plus vite sur ce qui m’entoure que lui. Gaahl est beaucoup plus calme.

M : Récemment, Gaahl a avoué être homosexuel, ce qui est (je pense !) une première dans le black metal ! Etais-tu au courant depuis longtemps ? J’étais assez étonné de constater que, finalement, ce fut assez positivement accueilli par les fans, toi pas ?

King : Gaahl est un personnage étrange. Pendant des années, il prétendait être asexué, et puis soudain il change apparemment de préférence sexuelle. Je n’ai aucune opinion là-dessus, ça ne cesse de m’étonner que les gens puissent avoir un avis sur ce sujet. Je n’ai jamais aimé les séries télé non plus, ce qui pourrait expliquer mon manque d’intérêt… Gorgoroth n’a rien à voir avec les droits homosexuels. La vie privée de Gaahl et ses préférences sexuelles ont autant d’impact dans Gorgoroth que mon hétérosexualité, c’est-à-dire aucun. Cependant, je suis favorable aux individus qui empruntent leur propre chemin sans penser à ce que les masses penseront de la voie choisie. Les masses étant dans ce cas les chrétiens ou la scène black metal homophobe. Ils sont tous les deux insignifiants et seront écrasés s’ils veulent nous nuire.

M : Je dois t’avouer avoir été plutôt surpris en apprenant que tu étais enseignant ! Bien que les deux ne soient pas inconciliables, comment fais-tu pour combiner les deux rôles, très éloignés l’un de l’autre ! Es-tu un vrai sataniste, au fait ? C’est quoi pour toi ?

King : J’ai étudié la musique à l’université. Avec cette formation, tu peux devenir deux choses : prof ou musicien. En ce moment, je ne travaille pas dans l’enseignement, je me concentre exclusivement sur la musique et je ne suis pas sûr de refaire ce métier un jour. Mais on ne sait jamais, évidemment. Honnêtement, je ne sais pas ce que devrait être un vrai sataniste. Cela renvoie à la définition de « satanisme », et je pense que toutes les tentatives de définition sont un échec. Mon utilisation personnelle du mot « Satan » se réfère donc plutôt aux termes de chaos, d’individualité, d’élitisme et de « volonté de puissance » [note : ce dernier étant un concept célèbre du philosophe allemand Friedrich Nietzsche, influence notoire s’il en est au sein du black metal].

M : Durant de nombreuses années, Gorgoroth était un groupe entouré de mystère. A présent, une partie de ce voile est levé sur Gaahl et toi-même, puisque les gens connaissent des détails de vos vies privées, etc. Penses-tu que cela va changer la vision du groupe ?

King : Je ne sais pas. Nous avons toujours répondu honnêtement à toutes les questions qu’on nous pose. La seule différence est que, depuis quelques années, nous acceptons les interviews dans des médias visuels. Avant, nous ne faisions que les médias écrits. Personnellement, je n’aime pas beaucoup les interviews filmées, peut-être devrais-je arrêter de les faire. Généralement, elles se révèlent de toute façon creuses et insignifiantes. Je m’en fiche si les gens me voient moi ou Gaahl différemment juste parce qu’on apparaît sans corpse paint à la télévision. Il faut avoir 14 ans et être stupide pour penser qu’on vit dans une grotte et qu’on sacrifie quotidiennement des vierges dans la forêt.

M : Bon, cette interview touche à sa fin. Quel serait ton vœu le plus cher concernant l’avenir de Gorgoroth ?

King : Pour le moment, mon désir est de m’investir dans ce qu’est réellement Gorgoroth : créer des albums et jouer des concerts sans aucune interférence de choses sans importance comme des procès, etc.

M : Dernière question : quel est ton top-3 des albums de tout temps ?

King : Je n’ai pas de top-3 des albums de tout temps. Je déteste globalement ce genre de listes.

M : Merci beaucoup pour ton temps, King. Je te fais confiance, je sais que le prochain album qui sortira sera une fois encore énormissime, et je suis très impatient ! J’espère que toutes ces histoires judiciaires seront bientôt finies… Je te laisse le mot de la fin !

King : Heil Satan !! Ave Satan !! Rege Satan !!!






Lire la version française

"Satan in the courtroom: King, please rise"

Discussion with King ov Hell (bass, composition)
Interview and editing by Mastema
 
A harsh time for black metal’s finest. Since about two years and the dismissal of one of their founding fathers, guitarist Infernus, Gorgoroth are facing a strange situation: both sides are claiming to rightfully own the name “Gorgoroth”, and both now have a new album ready to come out! The Norwegian justice will have to sort things out now. “Untouchable” band, solid flag-bearer of an extreme art, Gorgoroth now shows a much more “common”, almost vulgar face to the world, a disappointment for the old fans. Could the satanic band have lost its aura? Answering our questions with much honesty, King (bass), the band’s sole composer, sets things straight and proves that the strong personality which made Gorgoroth a legendary band hasn’t died! Here’s a very long discussion with a satanic character who doesn’t care for a second what anyone might think…and that’s exactly how we like’em!

Mastema : Hi King how are you? Thank you very much for taking some time to answer these questions. You did a tour with a.o. Cradle of Filth and Moonspell in December last year, how did that go?

King ov Hell: We were satisfied with the outcome of that tour ourselves. It was the biggest tour and production we have traveled with so far. It created some chaos the first shows, but after London and Paris things started to run more smoothly. We planned on doing the second leg of that tour in April/May, but decided to use all our energy on the new record and do more shows in Europe after we release the new album.

M: I saw you guys in Belgium, at Hof ter Lo in Antwerp. That was a tremendous performance, you stole the show, and by far… Any particular memories of that night?

King: I don't remember that show anymore. I've played so many shows during the years, so if nothing extraordinary happens I forget about. It’s basically the same thing happening every night.

M: Gorgoroth is traditionally seen as the flag bearer of “true” black metal, so I was kind of surprised to see you guys touring with COF, which is a band that has often been described as a “commercial” BM band. How do you feel about the association of both bands? How did this project come about?

King: We would never play one show with another band if we would take into consideration that we would be viewed through their music or philosophy. We represent Gorgoroth and no one else. We have our own agenda. Cradle of Filth doesn't reflect any aspect of what we present. I have nothing more in common with Cradle of Filth than with Darkthrone for that matter. That said. I personally get along with Dani Filth and the rest of the members of COF. I got to know their music better on this tour since I didn't know too much about it prior to this tour. They are more professional and hard working than most of the bands we’ve toured with in the past.

Gorgoroth

M: How is the legal dispute with Infernus about the band’s name? I read both parties went to court very recently, isn’t it? Has the court given its decision yet?

King: The verdict is not made yet, though I think it will be when you will publish this interview [note: to this day, no decision was publicly announced yet]. I think the arguments from both sides came through very clearly and without any drama. The judge seemed like an intelligent person and I’m very confident that his verdict will be based on reason. I understand the motives Infernus would have fighting for the rights, but this is also a band I’ve worked for 8 hours a day on all levels since 1999. I’ve done that basically alone. Gaahl has been in Gorgoroth since he was 22, and now he is soon 34. It’s simply a conflict of interests. The band was made out of three very egocentric and non compromising individuals with a very strong will to power. Whatever happens to the name in the end I’m sure that neither Infernus nor us will face any difficulties making art on the level that we are on at the present.

M: Whatever the judicial decision is, will it finally be the end of the whole affair? Or does the losing party still have an opportunity of going in appeal?

King: I am not sure what will happen if we loose. We can appeal, but there is also a question of how much energy I want to use on this matter. It’s not that important to me. I guess Infernus will appeal though.

M: I suppose Gaahl and yourself thought about the possibility of actually losing this case. If that should happen, do you have an idea of how you’d name the band? At one point, you 2 applied a trademark on the name “The Force Gorgoroth”: would that be an option?

King: We did think of using “The Force Gorgoroth” until the verdict was made. This was to honor one of the wishes of Infernus. I don't know what name we’ll use as a banner for our art if we loose. I guess everyone is totally aware that me and Gaahl will continue and bring with us what we have done in Gorgoroth, no matter what name we’ll use in the future. We will play songs we have made in Gorgoroth, with the production and imagery we have created in Gorgoroth, on records and live in the future as well.

M: As this affair is pretty much unique in the extreme metal world, please allow me to dig a bit further… Could you come back to the precise reasons why you decided to go on without Infernus? His artistic input was apparently equal to none for some years, right? But were there other reasons too?

King: There are many reasons why it ended up like it did. I have no interest in badmouthing Infernus in public. He has many good sides with him, but in the end it turned out to be impossible for us to work as a three-piece anymore. Both sides wished to continue to use the name Gorgoroth for the future use. Both sides have valid arguments for claiming so, and in the end a judge will make a verdict on what’s right according to the laws. The fact that he didn't contribute musically did not play a significant part for me kicking him out of the band. It was more the feeling that he poured water of what you actually tried to create, on all levels, which made it impossible to work with him. He is still one of the persons in this scene I respect the most for what he has done musically in the past and for the person he is. It seems like this dispute has awaken the wolf in him again and I’m sure he’ll create a great record with his new line up.

M: I know you are of course the main (if not only) composer of the band for several years, but there’s something I can’t quite understand. How come Infernus didn’t write any music for several years, and then suddenly, when he’s out of the band, suddenly he has a full album ready? Do you have any idea? To an external observer, I must say it makes little sense…

King: I guess he had some riffs made when we kicked him out of the band in 2007. I think he played 2-3 riffs for me at a rehearsal once, which sounded great. He had no album done by the time we kicked him out though, not even one song ready. The album he has written was made after we kicked him out. I guess that’s what he needed to get involved in music again. I actually thought just a few days ago that I actually never have worked with him composing through my time in Gorgoroth. I worked with Kvitrafn a little while he was a member, but besides that I’ve basically just composed and made music by myself in this band.

Gorgoroth

M: It was said that you applied for the trademark on the name “Gorgoroth” without Infernus’ knowing. Is that true? If so, was it because you were planning to fire Infernus from the band for quite some time?

King: We knew we would most likely not work with Infernus for a new record anymore already in 2006, when we made Ad Majorem Sathanas Gloriam. The final decision was made during the Summer of 2007 I think. We discussed many ways of dealing with it, we even thought of releasing AMSG under another name back in 2006. In the end we decided to continue under the name Gorgoroth, but without Infernus. The thought of leaving the band to him at that stage would’ve been the end of Gorgoroth in my eyes. So it was not a hard decision to make. Making such a change in the line up involves more people than the band members themselves. It involves management, record labels, booking agencies, endorsement companies etc. To secure our interests we got help from people in the industry with the know-how of situations like this. They applied for the trademark in my name. It’s just random it wasn't Gaahl’s name put on there. We both are on that paper now. Anyway...this is boring and unimportant. That registration doesn't mean anything now. It’s all up to the judge to pass a verdict on the matter, and it will not be based on who was first to apply for the trademark. I seriously don't understand that anyone would have interest in all of this. I’m tired of it myself and it’s actually concerning my life. That anyone else would find this interesting is to me totally absurd.

M: At first, Infernus stated the band had split up: was that the case at some point? Or was it just because he didn’t know your intentions yet?

King: I don't know what he was thinking. We informed him we had decided to kick him out. We have never viewed it as a split up. We have continued without him for 18 months already. We feel we are on the right way to be able to present our art in a true way now. We have the right people working with us, and we are now in a position to reach out with our message in a more massive way than ever. All false Gods will be put to an end.

M: Infernus stated that Gaahl had considered quitting the band several times and that you had trouble combining your professional activity as a school teacher and being a musician in a satanic band. What do you have to say about these statements?

King: It only proves that we have thought about releasing our art without Infernus for quite some time. I’ve actually never left Gorgoroth. I had to deal with some personal issues outside the band for a few weeks. When I had sorted those out, it all went back to normal. Infernus knows this as well, and it had nothing to do with Gorgoroth at all, or my satanic beliefs. Sometimes you must play your surroundings to get your will through, and that’s what I did.

M: Were you surprised when you heard that Regain records had decided to back Infernus instead of Gaahl and yourself? Are you currently signed to a label?

King: We are currently signed to a label. We have lots of interests from majors everywhere to bring forward our art. Regain is an unprofessional label which owes money everywhere. They are not able to support their bands in a good way at all. I’m glad we got out of that contract. I guess there will not be a label named Regain in 2 years time.

M: And what’s this whole thing with Regain publishing the record True Norwegian Black Metal - Live in Griegenhallen without consulting you?

King: The whole matter is stupid. Regain has lost in two different courts now. I think they actually are so stupid that they will take it to the third court. This will of course cost them more money. Money they don't have. I guess they already know they'll go bankrupt any time soon. I will be more than happy to put one nail down in that coffin.

M: For his band, Infernus recruited ex-members Pest and Tormentor. Any comment on that?

King: They are both great musicians who will for sure contribute in a positive way on the new Infernus album.

M: With all that has happened (and still may happen), did Gaahl or yourself ever regret your decision? Could there have been another way of settling this?

King: I don't regret anything, but I had no idea this would blow up to the proportions it has done. I thought it would be some riots for a few months. I was very wrong on that part. It’s been going on for soon 18 months now. I’m glad it’s soon over. I’m tired of all the talk and people having opinions on matters they have absolutely no clue about at all. Infernus, Gaahl and me are all agreeing on that this is a matter where we have different opinions and interests. The situation is not as dramatic as it appears to be in the magazines. It’s all old news anyway, just recycled. I guess most people are bored to death hearing about this dispute. I am one for sure.

Gorgoroth

M: Whatever the outcome will be, aren’t you afraid Gorgoroth’s fan base will be split up and both parties will lose a lot of fans? How damaged will the band come out of it?

King: I have no idea and neither do I care. I have no control over what the masses think about my art or how we present ourselves. I’m just concerned about creating art on the highest level I’m able to do, and present my ideas in a way that will lead to a change. The legal battle about the name has actually nothing to do with Gorgoroth at all. We are a band which makes music with a satanic message. That’s what we are. Internal affairs were never meant for the public eye. Unfortunately it has become impossible not to comment on it this time.

M: Gorgoroth being seen a true BM band, don’t you think this whole thing displays a “business” side that fans don’t want to see associated with an integer, underground band like Gorgoroth?

King: I agree. The moment you release a record or play concerts, there will be a business side appearing. This side was never meant for the public eye, ‘cause it’s not part of Gorgoroth. I have a sense of humor, but in Gorgoroth there is no room for humor. It’s the same thing.

M: All right, enough of this… let’s talk about the band and the music. Hellhammer of Mayhem was first announced as session drummer for the upcoming record. Why did he cancel his participation? And why did you choose Frost once again, who did an awesome job on Ad Majorem…? And what about Nicholas Barker as a live drummer?

King: We recruited Hellhammer, but it didn't take long before we saw that it would be impossible for him to be both a drummer in Mayhem and in Gorgoroth. Frost was a natural choice to use on the record. We have worked with him so many times before, and he has done an amazing job on the new record once again. Nick is a great drummer and a strong character. I guess he is too alike me as a person to be in the same band for a long period of time. I’m not an easy person to be with and I want things done my way most of the time. We ended our working relationship in a friendly way. You never know though. He might help us out again on a later stage.

M: Do you have a name for the record that you could disclose to us? And a release date? How different will it be from the truly amazing Ad Majorem…?

King: It’s going to be different from AMSG. I never want to release the same record twice. Gaahl is writing lyrics and doing vocals as we speak. We’ll find a title for the album when all the lyrics are written. I hope it will be in the stores in September 2009. I am so far more satisfied with the new album than with any of my previous work to date, but then again that’s natural. One tends to be the most satisfied with one’s latest attempts. One thing I decided early on was not create a retro old school black metal album to prove trueness to the black metal herd. I never cared for the flock anyway. I guess we’ll loose some fans on it, but who cares. I never made music for anyone but myself and my own likings.

M: You also recruited Teloch and Ice Dale, which are apparently credited as studio members too, is that correct? Did you record the guitar parts? If not, why so (as you wrote the whole album, why not recording it)?

King: I made all music on a preproduction in my own home, including playing the guitar parts. Then we redid it in Ice Dale’s studio. I sent the pre-recorded album to Teloch and Frost. I had already written most of the album when we kicked Infernus out in 2007. I have actually already made 5 songs for an album which might be released in 2011 or something. I’m constantly making music.

Gorgoroth

M: Could you come back to the circumstances in which you joined the band, ten years ago? It’s pretty rare to see a “new” band member becoming the main composer, how did that happen?

King: I joined in February 1999 I think. I knew Tormentor and Infernus. We rehearsed for some months and recorded Incipit Satan in Stockholm during the summer ‘99. Since then I’ve pretty much been the only one making music in Gorgoroth. We never talked about it. Infernus basically stopped making music and did not rehearse much either. Tormentor quit the band not long after Incipit Satan. It all happened naturally. The later years I’ve pretty much done all work related to Gorgoroth on all levels.

M: How would you compare your writing style as to Infernus’? What do you think of Gorgoroth’s records before you were in the band?

King: I think the albums up to Under the Sign of Hell, which was released in 1996, are great. In the period between 1992 and 1996, Infernus made some unique music. I have lots of respect for what he did musically at that time. I am personally not too fond of the albums Destroyer and Incipit Satan, even though they contain some great tracks. I am writing music in a different way than Infernus. I’m not to judge what is better or worse. It’s just different.

M: What’s you musical background? How did you get in touch with BM?

King: Norway is a small country, so I’ve known musicians from the scene here since the early 90’s. I did however not play black metal music myself prior to Gorgoroth. I went to the university and studied music, jazz and classical music, and played lots of different genres. I was, like all other kids in the street, into heavy metal. The black metal expression was not that far away from what I listened to as a kid. Gorgoroth is, and was at that time too, a unique band ‘cause of the seriousness of the message that is presented. Ironically enough, me and Infernus are more alike than me and Gaahl as to interests and views on life, but in my time in the band I’ve only worked musically with Gaahl.

M: These last years, Gaahl has become a very important figure in BM’s landscape. How close are you two?

King: We used to be closer. We don't share so many interests. I have nevertheless spent more time with him than most people, so I guess we know each other rather well because of it. I live alone and he has his own room here that he can use when he is in Bergen, but we seldom end up at the same bars anymore. We have a mutual understanding for the art we are creating together. We are very different as persons, but I think that when we combine our different qualities, something unique happens. I have actually a much harder temper and I get angry at my surroundings faster than he does. He is much calmer.

M: Gaahl recently stated he was a homosexual, which is (I think) a first in the BM scene! Did you know this for a long time? What’s your opinion on this matter? I was quite amazed to see mainly positive reactions to this news, what do you think?

King: Gaahl is a strange character. He said he was asexual for years, and then he apparently changed his sexual preferences. I have no opinion on the matter at all, and I am more amazed of people actually having an opinion on this. I never was into soap series on TV either so that might explain my lack of interest. Gorgoroth is not about gay liberation. Whatever Gaahl is on a personal level coming to sexual preferences is reflected in Gorgoroth as much as me being heterosexual… not existing. I do however support individuals walking their own path without caring at all what the flock would think of the path chosen; the flock being represented by Christians or a homophobic black metal scene. They are a both insignificant factors which will be crushed if any harm intended.

M: I must admit I was also surprised to know you were a primary school teacher, man! Not that it is impossible of course, but how do you manage to combine both positions, as they seem very far away from each other?! What is Satanism to you?

King: I have studied music at the university. With this education you can become two things, a teacher or a musician. Currently I am not working as a teacher. I’m only doing music these days, and I’m not sure if I ever will go back to teaching. You never know though. I don't know what a true Satanist is, to be honest. It’s a matter of how you define Satanism. I find all attempts to define reality into doctrines to fail. My use of the word Satan would therefore be linked more to terms as chaos, individuality, elitism and “will to power”.

M: For all these years, Gorgoroth was a very secretive band, surrounded by mystery. Now, the mystery is somehow unveiling on Gaahl and yourself, as people now know much more details on your private life etc. Is this going to change something about the public’s view of the band, you think?

King: I don't know. We have always answered truthfully to all questions asked. The difference is that we, since a few years, agreed upon doing interviews in visual media. In the past we only did it in written media. I personally don't like to do interviews on film that much. Maybe I should stop doing it. It usually ends up very shallow and insignificant. I don't care if people view me or Gaahl differently because of seeing us talk without corpse paint on TV. One must be 14 and rather stupid if one thinks we live in a cave and sacrifice virgins in the woods on a daily basis.

M: All right, we’re reaching the end of this long interview. What would be your dearest wish for Gorgoroth’s future?

King: Right now my wish is to get busy with what Gorgoroth is all about, and that is to create records and play shows without any interference of unimportant matters as court cases etc.

M: Last question: what would be your top-three albums of all time?

King: I don't have a top three albums of all time. I hate such lists in general.

M: All right this is it. Thank you very much for your time, King. I trust you to unleash a fantastic record once again, I’m looking forward to it! I hope all this legal stuff will soon be put to an end… If you want, you can leave a few last words for your Belgian fans… Hails!

King : Heil Satan !! Ave Satan !! Rege Satan !!!



Interviewé par : MASTEMA
 
RETOUR
 
Flying Colors - Second NatureBelphegor - Conjuring the DeadOpeth - Pale CommunionIlldisposed - With the Lost Souls on Our SideVader - Tibi et IgniMisery Index - The Killing GodsJudas Priest - Redeemer of SoulsNonpoint - The ReturnLofofora - L'Épreuve Du ContraireTheory Of A Deadman - SavagesDownset - One BloodRise Against - The Black MarketVintersorg - NaturbålNeige Et Noirceur - Gouffre Onirique et Abîmes CosmiquesWoods Of Desolation - As The StarsSorcier Des Glaces - Ritual of the EndWolves in the Throne Room - CelestiteSepticflesh - TitanProng - Ruining LivesGoatwhore - Constricting Rage of the MercilessAnathema - Distant SatellitesMerda Mundi - VI - KhaosMayhem - Esoteric WarfareWe All Die (Laughing) - Thoughtscanning

  Tagada Jones / Corbillard / Kaoz Noyze Volunteers / Flow
14-09-2014   Magasin 4 (Bruxelles, BE) (par SPONGE)

  6K Fest HELL ON EARTH NIGHT
05-09-2014   Espace Georges Truffaut (Liège, BE) (par SPONGE)

  Chelsea Wolfe / Mongolito
13-08-2014   Le Brass (Forest, BE) (par CORVUS)

  Machine Head / Dead Man's Curse
07-08-2014   Trix (Anvers, BE) (par SPONGE)

  Mayhem / Merrimack / Saille
20-05-2014   Ancienne Belgique (Bruxelles, BE) (par MASTEMA)