;






Date de sortie : 17/06/2016

Style : Modern Death Metal

Pays : France


Note : 19/20
Gojira
“Magma”

Gojira est certainement le seul groupe français de metal à avoir autant marqué les esprits et traversé les frontières. Avec des albums devenus cultes comme From Mars To Sirius (2005) et The Way of All Flesh (2008), le groupe originaire d'Aquitaine qui prône avec intelligence le respect de la nature dans la plupart de ses chansons a su attirer des millions de fans avec son metal moderne à tendance death que beaucoup de groupes leur envie. Jusque dans les pays scandinaves, de jeunes groupes qui montent se revendiquent aujourd'hui être des fils spirituels de Gojira (voir par exemple mon interview d'Orbit Culture, en avril 2016), les Français faisant de plus en plus parler d'eux à travers le même, s'imposant comme une formation inévitable dans les plus grands festivals. En 2012, L'Enfant Sauvage avait à nouveau mis tout le monde d'accord, avec des titres puissants et novateurs, ambiants et atsmophériques, tels que "Explosia", "The Axe" ou encore l'excellent "Born In Winter". Chaque nouvelle sortie de Gojira est donc attendue comme le messie par les fans. Mais à la différence de beaucoup de groupes à l'heure actuelle, plutôt que de sortir systématiquement un album tous les deux ans pour faire rentrer de l'argent dans les caisses, les frères Duplantier soutenus par Christian Andreu (guitare) et Jean-Michel Labadie (basse) choisissent de prendre leur temps pour offrir à chaque fois leur plus belle création, quitte à prendre des risques au niveau financier et à se mettre en danger. Voici donc venu en 2016 Magma, leur sixième opus, que j'attendais personnellement avec énormément d'impatience.

Autant vous le dire tout de suite : Magma n'est pas l'album de Gojira que j'attendais. Mais bon dieu, qu'est-ce qu'il est bon !!! Après les deux titres découverts en avant-première qu'étaient "Silvera" et "Stranded", je m'attendais personnellement à un album lourd et pêchu, mais il en est totalement autrement. Vous vous en rendrez rapidement compte avec "Shooting Star", le titre d'ouverture, sur lequel Joe Duplantier nous propose sa plus belle voix clean, ce qu'il avait peu fait auparavant, mais qui fonctionne à merveille. Le plan de Gojira sur ce nouveau disque est de proposer dix de ses morceaux les plus ambiants, et même si on y retrouvera des riff absolument dantesques, l'atmosphère générale qui s'en retirera sera plutôt planante. Ce premier morceau use et abuse de riffs simples mais drôlement efficaces, qui servent totalement la chanson et nous embarquent pour un très beau voyage de près de six minutes. "Silvera" est déjà connu du public grâce à son clip vidéo récemment publié sur YouTube, et sera probablement mon titre de l'année ! Avec un riff principal vraiment couillu et un riff de refrain totalement épique, Gojira aborde la défense de la cause animale grâce à un texte catchy à mort dont le déjà mythique "Time to open your eyes to this genocide!" qui déchire déjà tout en live (j'ai revu Gojira il y a quelques jours au Fortarock Festival aux Pays-Bas). Un bon tapping en solo et un final aussi énorme que l'entrée plus tard, les Français entament "The Cell" avec une vigueur inébranlable, et si le premier passage ne sera pas forcément compréhensible par le commun des mortels à cause de son rythme complexe, la suite du titre sera absolument délicieuse pour tout un chacun : le frontman retrouve sa voix arrachée des beaux jours et nous ascène quelques vocaux intenses soutenus par la batterie toujours aussi précise de son frangin. "Stranded" se révélera être un des titres les plus groovy de l'album, avec un riff déjà culte pour les connaisseurs, qui fait également très mal en concert, puisqu'il s'agit du second titre que le groupe joue déjà lors de ses shows actuels. On appréciera beaucoup aussi le passage mélodique un peu répétitif mais vraiment élégant et agréable qui mène vers le final, avant d'entamer l'interlude instrumentale "Yellow Stone", dont l'ambiance pousse vraiment l'auditeur à souffler quelques secondes avant d'entamer la seconde moitié de la tracklist.

C'est avec le titre éponyme "Magma" que l'on entame la suite de ce nouvel album, titre dont le riff principal lance les hostilités de façon très aérienne. Quelques notes harmoniques plus tard, Joe Duplantier choisit à nouveau d'utiliser sa voix claire sur la plupart du morceau, ce qui fonctionne à nouveau à la perfection sur ce genre d'ambiances. On soulignera au passage l'excellente production de cet album, dont le garçon s'est occupé lui-même cette fois, et qui tient vraiment la route comparée aux précédentes ! Le son est assez énorme et offre à Gojira des tonnes de possibilités. On sent vraiment que le groupe a pesé le pour et le contre pour chaque note posée sur ces nouveaux titres, que rien n'a été laissé au hasard, et que ce n'est pas pour rien si il prend le temps entre chaque sortie. Tout est fait intelligemment, avec précision et finesse, comme sur "Pray", dont les sonorités organiques de l'introduction ne sont pas sans rappeler celle de "The Art of Dying" sur The Way of All Flesh. Après quelques secondes, on sent monter la pression, et on se laisse emporter par le groupe dans un périple de cinq minutes absolument majestueux, bien aidé une nouvelle fois par la voix clean nouvellement découverte de Joe Duplantier qui nous surprend vraiment. Les riffs plus rentre-dedans sont aussi vraiment jouissifs, on se laissera aller à quelque headbanging, que l'on soit au volant de sa voiture ou assis à son bureau, rien n'arrêtera cette envie furieuse de se secouer face à tant de savoir-faire. "Only Pain" est également hyper efficace, plus dur et agressif que les autres morceaux de la plaque, mais tout aussi réussi. La basse de Labadie tient ici un rôle très important, allant jusqu'à soutenir presqu'à elle seule les couplets, avant de laisser exploser les refrains où quelques effets bien sentis pousseront la voix principale dans ses derniers retranchements. "Low Lands" est probablement un des titres les plus prenants de cette nouvelle galette, avec un texte fort qui s'adresse très probablement à la maman des frères Duplantier, décédée pendant l'enregistrement de l'album, disparition qui a énormément pesé sur la création de celui-ci et sur l'écriture des paroles. Pendant six minutes, Duplantier offre son côté le plus spirituel à l'auditeur, avec une voix claire vraiment magnifique et des mélodies absolument parfaites. Quant à "Liberation", qui a l'honneur de clôturer ce disque", il s'agit en fait d'un titre purement acoustique, composé uniquement d'une guitare et de quelques percussions, enregistré semble-t-il avec très peu de moyens, mais qui possède une aura forte et un caractère vraiment intéressant, qui permet de terminer l'équipe sur une note posée mais totalement en phase avec cette nouvelle création.

J'ai rarement écrit d'aussi longues chroniques que celle-ci, mais je me devais d'écriture un texte qui soit aussi colossal que ce nouvel album de Gojira, qui si il ne possède pas la personnalité à laquelle je m'attendais au départ, est une création absolument gigantesque, probablement l'album le plus fort et le plus abouti que les Français aient jamais composé ! Évidemment, il y aura toujours des hardcore-fans pour dire que From Mars To Sirius sera toujours le meilleur disque de Gojira, et que Magma ne représente pas le même Gojira qu'à l'époque, mais il faut aussi savoir analyser une carrière dans son ensemble, et pouvoir accepter qu'un groupe évolue et qu'il tend vers de nouvelles choses. Et quand ces nouvelles tendances sont aussi jouissives que ce que le groupe propose aujourd'hui, on ne peut que s'incliner, surtout quand on connaît la simplicité et la gentillesse de ces gars-là ! Moi je leur dis un grand bravo, et j'espère qu'on aura encore l'occasion d'entendre autant de qualité lors de leurs prochains sorties, car Gojira est devenu un monstre international et mérite mille fois sa réputation grandissante.

Tracklist :
01. Shooting Star
02. Silvera
03. The Cell
04. Stranded
05. Yellow Stone
06. Magma
07. Pray
08. Only Pain
09. Low Lands
10. Liberation


 
Chroniqué par : SPONGE
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)