;






Date de sortie : 22/01/2016

Style : heavy/thrash metal

Pays : Etats-Unis


Note : 17/20
Megadeth
“Dystopia”

Ah Megadeth ! Que ce groupe m’a fait vibrer durant ma jeunesse et pourtant, ça fait des années que je n’arrive plus à apprécier leurs dernières sorties. De fait, Dystopia a une saveur toute particulière pour moi car après avoir écouté les premiers extraits, c’est la première fois depuis The System Has Failed sorti en 2004 que j’ai de nouveau envie de me pencher sérieusement sur un nouvel album du groupe. C’est vrai, je redoutais aussi le pétard mouillé et il n’aurait pas été impossible que seuls ces morceaux proposés à l’avance ne soient que les seuls bons. Heureusement, ce pressentiment a été balayé d’un revers car enfin, je retrouve sur Dystopia des sensations, des gimmicks et des sonorités qui font que Megadeth est à nouveau le groupe que j’aimais tant.

Ce n’était pas gagné à première vue, énième changement de line-up oblige ! Vu que Chris Broderick et Shawn Drover ont quitté le navire en 2014 pour fonder Act Of Defiance, Notre cher Dave Mustaine a recruté Kiko Loureiro (Angra) et Chris Adler (Lamb Of God) respectivement aux postes de guitariste et batteur pour compléter son équipe (à noter que Chris Adler est actuellement en intérim mais vu les louanges que Mustaine lui chante, cela ne m’étonnerait pas qu’il reste pour du bon). Très franchement, je suis HEUREUX de ces changements. Selon moi, le style de Broderick trop figé et académique ne prenait pas. Quant à Drover, basique et sans feeling

Il ne faudra pas longtemps avant de comprendre que Dystopia flirte avec des sonorités de ce qui se faisait début des années 90. Oui, enfin un disque dont on reconnaît la patte. L’ambiance générale est pesante et alarmiste comme le confirme le premier titre « The Threat Is Real » qui démarre par un riff pur jus. C’est bon, les riffs thrash techniques et les solos à la pelle sont bien là et même si le son est actuel (logique en soi), une certaine nostalgie s’installe directement tel un miroir qui reflète ce passé glorieux. « Dystopia », probablement le morceau qui possède le plus de légèreté, plonge définitivement l’auditeur dans cet univers futuriste, dangereux et incertain. Sa guitare lead, ses solos et son break à la « Hangar 18 » en font un futur classique du groupe. La particularité du groupe, c’est de posséder des riffs plus techniques que ceux de leurs compères du Big 4 mais également d’y insuffler un certain groove comme le prouve « Fatal Illusion » qui marie ces deux idées (sans oublier son break rappelant un titre comme « 502 »). Dans cette même veine, « Bullet To The Brain » fait le boulot avec un refrain presque dansant. Megadeth se montre aussi menaçant à l’image de « Post American World » et « Poisonous Shadows » avec son couplet aux riffs format rouleau compresseur. Le quatuor se risque à l’exercice toujours périlleux de l’instrumentale sur « Conquer Or Die ». Une intro à la guitare espagnole qui laisse place à des riffs heavy et un solo endiablé pour une instrumentale qui ne dure au final que 3 minutes 33 plutôt bien pensées. Dans un registre un peu différent, « The Emperor » se révèle être un titre cool dans l’esprit de Cryptic Writings Tandis que « Foreign Policy » voit un Mustaine déchaîné sur son micro scandant « We’ve got foreign policy » frénétiquement. Même au niveau des sujets abordés, c’est beaucoup plus affirmé. Le thème si cher à Mustaine de la politique est de nouveau mis en avant et il crie haut et fort à qui veut bien l’entendre que nous ne sommes pas en sécurité dans ce monde. Et par-dessus tout, il chante cela avec conviction. Cette conviction, elle peut s’appliquer à l’ensemble de l’opus. Ca joue avec une certaine colère ou du moins, une manière de montrer que l’on n’est pas content du système actuel.

On a beaucoup reproché ces dernières années à Dave Mustaine de ne plus avoir de voix et d’être monotone. Il est vrai que sur les dernières productions, son chant manquait cruellement de nuance. Mustaine l’a bien compris et a fait un effort à ce niveau. Certes, monter dans les aigues comme il y a 20 ans, c’est fini mais Dave a repris du poil de la bête et a su insuffler à sa voix de l’énergie et surtout beaucoup de hargne. Il n’hésite pas de temps à autre à pousser sa voix un peu plus haut (comme sur « Foreign Policy ») pour prouver qu’il est loin le moment où on pourra l’enterrer. Tant que je suis à parler des musiciens, il faut reconnaître que c’est bien Kiko Loureiro qui tire son épingle du jeu. Il apporte énormément de feeling aux solos (rappelant d’ailleurs un certain… Marty Friedman !), son jeu de guitare est groovy et si fluide. De plus, le duo avec Mustaine fonctionne très bien. Je dirais même que ça fait longtemps que Mustaine n’a pas eu un guitariste qui lui est aussi complémentaire.

Je dois l’avouer, si les morceaux sont vraiment bons, j’aurais préféré une production différente. Sur Dystopia, ça sonne heavy, c’est bien. Mais ça aurait pu sonner d’enfer avec une production plus claire et tranchante qui aurait donné une allure plus thrash à l’ensemble. La basse de David Ellefson en pâtit un coup. Elle apporte de la lourdeur en accompagnant les guitares mais sonne sourde dans son ensemble alors qu’un son très métallique (comme à la belle époque) aurait fait claquer le tout. J’ai également un peu de mal à comprendre qu’un groupe comme Megadeth termine son album par une reprise, « Foreign Policy » (du groupe Fear), certes sympathique et bien dans l’esprit mais qui aurait pu avoir sa place comme b-side.

Enfin un album de Megadeth qui me donne envie de le réécouter. Et surtout, un album qui comporte la griffe des Californiens ! Dystopia ne se situe bien évidemment pas au même niveau qu’un Rust In Peace ou Countdown To Extinction mais il redonne des couleurs à un groupe qui en avait bien besoin. Mustaine a entendu ses fans et un réel effort a été fait de sa part pour nous proposer un très bon album avec une âme et des sensations d’antan. Ce nouveau line-up et cet album ont le mérite de rallumer la flamme qui brûlera, je l’espère, pour longtemps encore.

 

Tracklist:

1. The Threat Is Real

2. Dystopia

3. Fatal Illusion

4. Death From Within

5. Bullet To The Brain

6. Post-American World

7. Poisonous Shadows

8. Conquer... Or Die!

9. Lying In State

10. The Emperor

11. Foreign Policy (reprise de Fear)


 
Chroniqué par : PROPHET
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)