;






Date de sortie : 19/02/2016

Style : Metal Progressif

Pays : Tunisie


Note : 17/20
Myrath
“Legacy”

Lorsqu’on passe complètement à côté d’un excellent groupe et qu’on ne le découvre qu’à l’occasion de son quatrième album, on se sent un peu con. Ce sentiment s'aggrave lorsqu’on réalise qu’on aurait pu le voir sur les planches (en première partie de Symphony X, en février dernier)… mais qu’on est arrivé trop tard. Bref, voici une chronique qui ressemble fort à une session de rattrapage ! Car à bien des égards, Myrath est une curiosité qui mérite le détour. Ses origines tunisiennes, d’abord, étonnent forcément, les combos metal nous venant du Maghreb étant rarissimes (Myrath est d’ailleurs la première formation tunisienne signée sur un label, paraît-il). Sa qualité première est d’à la fois utiliser cet « exotisme » pour se forger une identité unique dans la scène power/prog, et de le dépasser aisément pour proposer du metal de haute tenue. Ma découverte tardive a au moins un avantage : c’est avec sa meilleure réalisation à ce jour que je fais connaissance du groupe de Ezzahra (banlieue de Tunis). Le quintet – dont le cogneur Morgan Berthet est le seul membre européen – a en effet vu grand. On comprend mieux les cinq années de préparation de Legacy en constatant la richesse des arrangements, qui comprennent notamment la participation de l’orchestre symphonique de Tunis et la présence d’instruments traditionnels, et en voyant l’équipe plus que compétente qui s’est chargée du son : Kévin Codfert (claviériste d’Adagio) à la production et à l’enregistrement, l’inévitable Jens Bogren au mixage – il a encore réalisé un chef-d’œuvre – et Tony Lindgren (Angra, Enslaved,…) au mastering. Une réalisation hautement professionnelle pour une collection de titres qui méritait bien un tel investissement ! On comprend mieux pourquoi les Tunisiens ont choisi un titre d’album éponyme : « myrath » est en effet la translittération du mot arabe signifiant « héritage ». 

Ecouter Legacy, c’est aller de surprise en surprise. Dès le single « Believer », on est déstabilisés. Myrath y joue la carte de l’exotisme à fond : pour vous donner une idée, imaginez une version metal symphonique d’un mariage arabe ! Une fois la surprise passée, la formule fait pourtant mouche grâce à la fraîcheur, l’accroche, l’inspiration et la maîtrise qui s’en dégage. Et puis surtout, on découvre rapidement le talent incroyable du chanteur Zaher Zorgati, assurément l’atout numéro un de ce combo qui en compte pourtant un certain nombre. Sans surprise, l’homme est d’ailleurs régulièrement le centre d’attention : « Get Your Freedom Back » et son passage d’une entame complexe à des mélodies inspirées, le superbe « Nobody’s Lives », qui digère subtilement les sonorités arabes dans un metal progressif moderne et intelligent. L’amplitude vocale de Zorgati y est très impressionnante. Citons encore les power ballades « I Want to Die » et « Endure the Silence », sur lesquelles le vocaliste module à merveille, ou encore « Duat » et son chant très prenant. 

Autre argument de poids, déjà évoqué : les arrangements. Le claviériste Elyes Bouchoucha est en effet le leader musical des Tunisiens, dont les morceaux sont logiquement dominés par les claviers. C’est d’ailleurs essentiellement par le biais des claviers que le groupe introduit les sonorités arabes (« The Needle », « Duat », « The Unburnt », etc.). L’affirmation des racines est dosée selon la nature des morceaux : tantôt imposante, tantôt subtile. Myrath ne s’impose d’ailleurs rien, et est tout à fait capable de mettre son « exotisme » de côté le temps de quelques titres modernes (« Get Your Freedom Back » et ses excellents riffs). Les influences metal, au premiers rang desquelles il faut citer Symphony X, Dream Theater et Angra, sont parfaitement assimilées elles aussi, et Myrath parvient ainsi, dans un style pourtant balisé, à se créer une niche bien à lui.

Je n’ai que deux critiques mineures à exprimer par rapport à ce disque remarquable. D’abord, les Tunisiens ne convainquent pas sur la ballade « Through Your Eyes », ampoulée et dépourvue de temps forts. Malgré d’autres réussites dans ce registre, il est permis de penser que culturellement, l’exercice de la ballade a quelque chose d’un peu artificiel pour ce combo. Rien de grave toutefois. Enfin, le fait qu'un claviériste soit le compositeur principal rend certes les arrangements et orchestrations imposants, mais les guitares pourraient être plus présentes à mon goût. Le sens du riff est là (plusieurs titres en témoignent) mais les six-cordes sont en retrait, ce qui est un peu dommage. Là encore, j’insiste, l’originalité et le sens de l’écriture compensent largement ce bémol. C’est d’ailleurs sur un nouveau temps fort, « Storm of Lies », aux guitares cette fois plus musclées, au chant bluffant et aux orchestrations imposantes que se clôt Legacy, comme pour confirmer que Myrath a bien tout d’un futur grand. Ce quatrième disque permet aux Tunisiens d’accéder facilement à la division supérieure, et il va de soi que leur avenir est à suivre de très près. Une riche découverte !


Tracklist :

1. Jasmin

2. Believer

3. Get Your Freedom Back

4. Nobody's Lives

5. The Needle

6. Through Your Eyes

7. The Unburnt

8. I Want to Die

9. Duat

10. Endure the Silence

11. Storm of Lies


 
Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)