;






Date de sortie : 08/04/2016

Style : Rock sudiste acoustique

Pays : USA


Note : 17/20
Zakk Wylde
“Book of Shadows II”

En voilà une surprise qu’elle est bonne ! Ses expériences acoustiques récentes avec Black Label Society (The Song Remains Not the Same, Unblackened) semblent avoir réveillé la fibre délicate du bûcheron Zakk Wylde. Pas trop tôt, diront certains, au regard d’une discographie « électrique » qui depuis une dizaine d’années ne comprend que quelques œuvres marquantes (Order of the Black) au milieu de sorties sans saveur (Mafia, Shot to Hell). Le changement de ton radical opéré par Wylde représente donc un bol d’air frais pour le moins bienvenu, mais pour autant on n’avait pas imaginé le guitariste barbu ressusciter le projet Book of Shadows après plus de vingt ans de silence ! Glorieuse idée, car le résultat, loin de ternir l’excellent souvenir laissé par le premier volet (1995), est la meilleure réalisation de Wylde depuis un très long moment.

Book of Shadows II suscite bien des plaisirs. D’abord, ce sentiment de reprendre le projet comme s’il s’était arrêté hier. Oh certes, la tonalité de ce nouvel essai se veut sensiblement plus mélancolique, voire triste, que celle de son lumineux prédécesseur. Mais le style, acoustique et intimiste, ainsi que la voix traînante et l’héritage musical sudiste (rappelons pourtant que malgré les apparences, Wylde est un yankee du New Jersey !) sont restés grosso modo les mêmes. Bienfait plus important encore, ce disque nous rappelle à quel point l’homme est un musicien et compositeur doué. Ainsi, cela fait bien longtemps que le guitariste ne nous avait plus offerts de soli de cette trempe : écoutez, parmi d’autres, ceux de « Autumn Changes » (à pleurer), « Lay Me Down » (intense et sans esbroufe) ou « Darkest Hour » (un festival !). On parle quand même ici de très très haut niveau… Débarrassé des biscottos et des postures de tough guy, Zakk Wylde renoue avec toute la sensibilité du grand artiste qu’il est.

La simplicité de ce projet figure également parmi ses qualités principales. Si vous avez besoin de souffler un peu entre deux albums « testostéronés », voici à n’en pas douter le candidat idéal. L’ex-guitariste d’Ozzy Osbourne livre, sur les quatorze titre proposés ici, une formule identique mais rudement inspirée : mélodies, refrains et soli, finesse à tous les étages. Le début de l’album est intouchable : la mélancolie (soutenue par l’orgue Hammond), les arpège touchants et le chant sensible de « Autumn Changes » (un des plus beaux morceaux de Wylde dans ce style, toutes périodes confondues), le court et mélodique « Tears of December », le superbement écrit « Lay Me Down », la ballade sudiste « Lost Prayer » et l’intimiste « Darkest Hour » forment ainsi une brochette de titres aussi doux que savoureux, joués et chantés avec talent et authenticité. Passée cette entrée en maître sublime, on tombe hélas dans un ventre mou constitué de quelques titres manquant de rythme et d’efficacité, chantés d’une voix monotone et exagérément traînante. Retirons juste la pépite de solo sur « Forgotten Memory ». Le seul reproche que l’on adressera à cet album est d’ailleurs sa durée : quatorze titres pour un peu plus d’une heure de musique, c’est beaucoup pour le style proposé ici. Wylde aurait été bien inspiré de retirer une poignée de morceaux pour ne conserver que la crème de la crème.

On renoue heureusement avec une veine nettement plus inspirée dès « Yesterday’s Tears », nouvelle ballade sudiste. Malgré une sorte de torpeur qu’on associe (encore) au sud, « Sorrowed Regrets » fonctionne bien, lui aussi, car les motifs mélodiques sont jolis et Wylde évite la fadeur. Mettons également en évidence « Sleeping Dogs », dont l’ambiance plus moderne se démarque du reste, et sur lequel l’invité Corey Taylor (Slipknot, Stone Sour) se joint à Wylde sur le refrain. Enfin, le conclusif « The King » voit notre biker préféré se livrer émotionnellement sur ce titre piano/voix (à l’exception d’un nouveau solo fumant). Finir sur cette note particulièrement délicate est assurément un bon choix. Tout juste aurait-on aimé que Zakk Wylde se livre vocalement sur chaque titre comme il le fait sur celui-ci. Pour exprimer ses émotions, l’homme semble encore trop souvent plus à l’aise à la guitare (il faut encore souligner le travail formidable qui a été livré sur ce plan-là) que derrière le micro. Rien de dramatique, soyons clairs, mais on le sent capable de s’ouvrir davantage pour que sa bouche soit en symbiose parfaite avec ses doigts en or. De quoi nourrir une réflexion pour accoucher un jour, qui sait, d’un troisième volet ? Dans tous les cas, espérons que cette magnifique parenthèse acoustique ait permis à Zakk Wylde d'être dans les meilleures dispositions à l’heure de s’attaquer au prochain Black Label Society – ce qui semble être sa priorité actuelle.


Tracklist :

1. Autumn Changes

2. Tears of December

3. Lay Me Down

4. Lost Prayer

5. Darkest Hour

6. The Levee

7. Eyes of Burden

8. Forgotten Memory

9. Yesterday's Tears

10. Harbors of Pity

11. Sorrowed Regrets

12. Useless Apologies

13. Sleeping Dogs

14. The King



À ÉCOUTER EN PRIORITÉ : "Autumn Changes", "Lay Me Down", "Darkest Hour", "The King"

 
Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)