Haine et traditions
Partagez cette interview sur FacebookTéléchargez une version PDF de cette interview !
Rock'N'Balls Interview

"Haine et traditions"

Entretien avec Moribond (guitare et basse)
Interview et édition par Vanarkh

 
Chantre du Métal Noir Québécois, Forteresse nous a gratifiés fin 2011 d'un album, Crépuscule d'Octobre, plus que convaincant. Remplies de haine et d'ambiances épiques et nihilistes d'inspiration Burzumesque, les compositions du groupe emmènent l'auditeur dans la belle province du Québec. Car Forteresse, c'est aussi la fierté d'une culture et d'une tradition en péril. Loin de toute ambiguïté politique du terme, leur patriotisme se veut être une lutte digne contre la déchéance et l'oubli de leur langue et leur passé. Autant de sujets propres à alimenter une entrevue avec Rock'n'Balls et à remettre Forteresse à l'honneur à l'aube de leur prochaine tournée européenne de 9 dates en juin/juillet (voir notre agenda ou leur page facebook).

Vanarkh (Rock'N'Balls): Les morceaux de l'album précédent (Par Hauts Bois et Vastes Plaines) étaient plus lents et ambiants tandis que ceux de Crépuscule d'Octobre apparaissent plus rapides, plus bruts et plus agressifs. Etait-ce un choix délibéré et pourquoi cette orientation musicale ?

Moribond : Tel qu'indiqué dans le livret, j'ai composé et enregistré Crépuscule d'Octobre en partie à la suite de Métal Noir Québécois. Ce qui peut expliquer un "retour" au son du premier album. Au moment de l'enregistrement de ces pièces, j'avais préféré les laisser de côté et rechercher des sonorités plus ambiantes. Par ailleurs, je ne crois pas utile de répéter à plusieurs reprises exactement le même type d'album.

V: Je trouve que le côté plus agressif vient principalement des parties de batteries de Fiel qui sont bien plus percutantes et puissantes qu'avant. Comment se passe le processus de composition au sein de Forteresse et quel a été l'apport de Fiel ?

Moribond : Jusqu'à maintenant, je composais seul et Fiel venait y rajouter les parties de percussions et de clavier par après. Désormais, il arrive que nous composions ensemble. Nous enregistrons des idées et lorsqu'elles nous plaisent, nous les explorons davantage. Je compose rarement d'avance et tout est créé sur le moment en enregistrant.

V: Sur ce nouvel album, la guitare est plus en avant mettant bien en évidence les riffs très répétitifs. Ces riffs entêtants et envoutants ont-ils pour but de donner une dimension hypnotique sans tomber dans des extravagances techniques ? Ou bien est-ce pour donner une impression de longueur, d'étendues sauvages comme une B.O. de voyage au fil des forêts, des rivières et des prés de votre province ?

Moribond : Je ne sais pas trop... Les ambiances que nous créons sont propres à la haine et au sentiment du moment où ils furent enregistrés. Chacun est libre de s'y aventurer de la manière qui lui plait. Nous avons très peu d'intérêt pour la musique déployant des moyens techniques exagérés mais vide d'atmosphère.

V: Depuis votre premier album, vous avez opté pour un certain minimalisme dans les structures des morceaux en privilégiant clairement les ambiances. Pourquoi ?

Moribond : Parce que ce sont les chemins que j'ai souhaité explorer avec Forteresse au moment où ces enregistrements furent créés. Notre manière de déployer notre hargne se réalise par l'entremise d'ambiances obscures nihilistes.

V: Un autre point commun avec votre premier album, ce sont ces musiques traditionnelles et échantillons sonores que l'on peut entendre sur l'intro de la « La Lame Du Passé » et des « Spectres du Solstice ». Peux-tu me dire ce que c'est exactement comme musique, d'où ça vient et pourquoi les utiliser ?

Moribond : Il s'agit d'extraits de pièces traditionnelles québécoises. L'intérêt de leur utilisation provient du désir de faire un parallèle entre la musique québécoise d'antan et celle d'aujourd'hui. Il s'agit d'un art qui représente notre patrie et bien que les extraits peuvent paraître hors contextes à priori, ils prennent toute leur signification avec la compréhension des thématiques explorées avec Forteresse.


« Notre manière de déployer notre hargne se réalise par l'entremise d'ambiances obscures nihilistes. » (Moribond)

V: Le côté folklorique de Forteresse se limite à ces petits passages introductifs. En sera-t-il toujours ainsi ou bien envisagez-vous d'en proposer davantage, au cœur même des chansons ou via par exemple l'utilisation d'instruments traditionnels Québécois ?

Moribond : Forteresse est et restera toujours un projet de Black Metal pur et élitiste.

V: Vous qualifiez votre musique de métal noir patriotique et épique. Vous expliquez cela comme une démarche pour ne pas oublier vos ancêtres et leurs valeureuses traditions qui ont forgé votre belle province. Pourquoi est-ce important pour vous ?

Moribond : Notre province subit depuis longtemps une assimilation tranquille face au reste du Canada. Nous croyons essentiel de préserver notre culture, nos traditions et notre langue.

V: Vous dites que Forteresse se dresse fière et s'oppose à la déchéance de sa patrie. Doit-on comprendre le nom Forteresse comme un rempart contre cette déchéance ?

Moribond : Je crois qu'on peut dire cela. Cet extrait provient de la biographie qui fut écrite il y a longtemps. Je dois en réécrire une éventuellement... Bien qu'elle soit encore applicable aujourd'hui, les objectifs de Forteresse se sont cristallisés et sont plus structurés. Ce qui compte, c'est le respect de nos traditions et la célébration de notre fierté et de notre haine.

V: D'où peut venir selon toi cette déchéance ? Est-ce l'américanisation galopante et l'anglicisation de la société canadienne et du monde en général ?

Moribond : Entre autre. Le Canada est très près des États-Unis au niveau de ses valeurs alors qu'il en est autrement au Québec.

V: J'imagine que vous défendez un Québec libre et indépendant. Qu'est-ce qui entrave votre liberté ?

Moribond : Un gouvernement canadien qui n'a que faire de notre héritage et notre langue et qui préfère bafouer le respect de la liberté en faveur d'argent et d'égoïsme putride.

V: Patriotisme, indépendantisme, n'avez-vous pas peur d'être assimilés au nationalisme politique, au repli sur soir bête et méchant ? Pardonne-moi cette question un peu abrupte mais comme tu le sais peut-être, ici en Belgique, nous avons aussi un fort mouvement nationaliste et indépendantiste au nord du pays. Les aspirations en Flandre ne sont pas du tout semblables aux vôtres mais j'aimerais comprendre et comparer la situation au travers de votre regard.

Moribond : Je suis las de tous ces jeux de mots à savoir qui est "politicaly correct" et qui ne l'est pas. Appelez ça comme vous voulez ça nous est égal. Depuis quand le Black Metal est-il hôte à des idéologies de tolérance et de compréhension? Nous ne demandons rien d'autre que le respect et la reconnaissance de notre nation qui se distingue du reste du Canada. Pas par racisme ou par xénophobie, simplement par dignité.


« Le gouvernement canadien n'a que faire de notre héritage et notre langue et préfère bafouer le respect de la liberté en faveur d'argent et d'égoïsme putride. » (Moribond)

V: Peux-tu m'expliquer le choix de la pochette de Crépuscule d'Octobre ? La photo d'un champ de blé correspond plutôt au mois d'août (ou septembre) et est donc en quelque sorte déphasée par rapport au titre de l'album…

Moribond : L'automne est une saison symbolique au Québec. Comme ailleurs, la végétation y meurt et le temps se refroidi. La photo symbolise cette période ou nos ancêtres devaient se préparer à un hiver long et glacial qui durait parfois pas loin de 6 mois. Le titre vient appuyer ce symbolisme, entre autre.

V: Dans chaque chanson, j'ai relevé au moins un mot faisant allusion à la Nature (arbres, racines, branches, rivières, prés, herbes, feuilles, forêts, chêne, landes, vent, champ, etc.). Quelle place occupe-t-elle pour Forteresse et quel lien entretenez-vous avec la Nature ?

Moribond : La nature de notre province est merveilleuse. De ses quatre saisons largement différentes à ses intenses forêts à ses majestueuses montagnes, elle est une source d'inspiration permanente et cruciale. Elle représente la liberté que nos ancêtres y respiraient et la force des habitants qui ont défriché cette terre pour y construire les fondations de notre province.

V: A ce propos, que penses-tu du fait que Stephen Harper, premier ministre conservateur du Canada, ait annoncé en décembre dernier le retrait du Canada du Protocole de Kyoto ?

Moribond : Pathétique.

V: Qui sont les Douze qui triomphent dans la chanson « Le Triomphe des Douze » ? Et de quoi ou qui triomphent-ils ?

Moribond : À la suite de la rébellion des patriotes de 1837-1838, douze patriotes furent pendus pour avoir combattus pour la libération du Bas-Canada à ce moment occupé par les Britanniques. Cette pièce est un hommage à ces hommes qui sont morts pour leur patrie.

V: Tu m'excuseras pour mon ignorance sur l'histoire du Québec mais peux-tu me dire quelles sont ces légions qui ont traversé, piétiné et souillé vos terres et dont il est question dans la chanson « Mon Esprit Rôde Toujours » ? Est-ce que ces paroles sont écrites du point de vue des autochtones, Inuits ou autres, qui étaient là avant l'arrivée des colons européens ?

Moribond : Je crois que les paroles de cette pièce s'appliquent à de nombreuses situations propres à l'histoire du Québec. Les paroles de Crépuscule d'Octobre sont riches en symbolisme et allusions que seulement certains comprendront, à l'image de la musique.

V: Le texte de cette chanson « Mon Esprit Rôde Toujours » a été écrit par Monarque du groupe du même nom. Pourquoi cette collaboration ?

Moribond : Pourquoi pas? Monarque est un ami de longue date et un brillant musicien. Cette collaboration n'était qu'une façon de lui donner voix dans Forteresse, d'autant plus qu'il est désormais guitariste pour les rituels live du projet.


« Elle [la nature] représente la liberté que nos ancêtres y respiraient et la force des habitants qui ont défriché cette terre pour y construire les fondations de notre province. » (Moribond)

V: Depuis quelques années, il y a une véritable effervescence sur la scène black metal Québécoise. Les groupes sont pour la plupart d'une grande qualité et, comme Forteresse, sont signés sur le label Sepulchral Productions. Comment expliques-tu cela ? Est-ce grâce à l'impulsion donnée par le boss du label Myrkhaal ou grâce à l'exemple de son groupe Frozen Shadows ?

Moribond : J'écoutais Frozen Shadows bien avant de commencer à créer moi-même du black metal. Il est toutefois certain que l'apport de Myrkhaal à "l'éclosion" de la scène est non négligeable. Il est l'un des rares supporteurs de black metal qui n'a pas perdu la flamme d'antan et qui respecte les traditions du vrai black metal. Les apports de classiques underground comme Akitsa et Brume d'Automne ont également contribués à attiser le feu chez les québécois.

V: Est-ce que Forteresse a des concerts prévus prochainement ? Y aura-t-il une tournée en Europe ?

Moribond : Nous sommes à l'aube d'une tournée européenne de 9 rituels. Les dates sont disponibles sur le facebook du projet.

V: Question traditionnelle pour Rock'N'Balls : quel est ton TOP 3 des meilleurs albums de tous les temps et pourquoi ?

Moribond : Ildjarn – Strength and Anger pour son agressivité minimaliste; Burzum – Hvis Lyset Tar Oss pour ses mélodies épiques et ambiantes; Mournful Congregation – The Monad of Creation pour sa hargne écrasante et terriblement mélancolique.

V: Un mot à ajouter pour nos lecteurs belges et francophones ?

Moribond : Merci de l'intérêt...





Interviewé par : VANARKH
 
RETOUR
 
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)